Barth√©l√©my Gu√©ret com√©dien clown, th√©√Ętre burlesque.

Ateliers et Stages intensifs Clown

   Prochains STAGES de clown intensifs (12h)  - Tous niveaux

 

 

Spectacle le Reve d Hyppolyte
Radio,
changement de radio
une musique passe quelle emotion
il change de frequence autre musique quelle emotion
puis il trouve une frequence qui lui plait
crochet pour la lampe tempete
crochet pour son manteau
il boit il mange, serviette autour du cou
il essaie de boire creer effet visuel
https://www.youtube.com/watch?v=HcoGZ3dhd0s
elle sort dun sac plein de feuilles et de plumes?
mini banc
elle veut dire bonjour
il ne veut pas
elle lui explique en gestes serrer la main, faire la bise, faire un
calin
majeur mineur
elle|il donne des ordres ne pas dire non, esquiver lordre, etre malin
retravailler les ordres en gestes
pour lequilibre de la piece il a un moment seul au debut
elle doit avoir un moment seul au milieu, developper plusieurs actions
trouver plus de toiles de jutte etendue
une corde a linge avec des vieux draps qui sechent, derriere lequels on
peut se cacher et apparaitre, danser, voler
dans le banc ca bouge avant que Hyppolyte apparaisse (ajouter tiroirs au banc
avec divers objets brosse a dents, vieux telephone)
elle est sous le banc et ca remue, ouvrir fermer tiroir, passer des
objets sur le dessus du banc. cf https://www.youtube.com/watch?v=ASd43ulh16g
Il apparait avec la lampe tempete, vient linstaller, pendant ce temps
la elle va se cacher derriere, en coulisse, se met dans le sac, il repart
amene un sac puis deux puis trois, elle est dans lun d eux
il organise ses feuilles, en fait secher sur les cordes a linges
ouvrir des tiroirs il en sort de la musique ou de la lumiere, flash back, souvenirs, memoires, 
plusieurs sens pour le spectateur
ajouter dossier banc pour jouer derriere mieux caches
il garde les feuilles
balai pour organiser ses tas de feuilles, plusieurs tas, dans certains
tas des objets
elle joue de la musique, elle est le reve, elle amene un
univers onirique
Hyppolyte
est le ramasseur de feuilles du quartier
il passe une bonne partie de son temps dehors a nettoyer les rues,
ce qu'il aime surtout c'est lautomne quand les feuilles tombent.
Les rues froides sont vite desertes quand la nuit rode, et Hyppolyte
regarde les feuilles finir leur chemin dans la lumière des reverberes.
Il aime a les voir tomber paisiblement, dune mort aussi légère, portées
par un vent discret qui les fait danser.
Il les contemple un instant sur le sol humide et les ramasse
délicatement une a une remplissant alors son vieux sac en toile de jute
afin quelles ne finissent pas écrasées ou degarnies par le choc des gouttes de pluie
sur leur nervures.
Enveloppe dans son grand manteau sombre il rejoind dun pas calme et lourd sa petite
chaumière, guide par sa vieille lampe tempete, seul dans les rues
desertes, une paillasse sous laquel il garde tous ses bibelots, 
petites memoires des ruelles, souvenirs de trottoirs, 
le froid fouettant son visage protege par son casque
daviateur trouve un jour dans un hangar inhabite pres de la foret.
Bourru, seul il rentre au chaud.
Cf Boudu sauve des eaux
Elle, cf La strada 
elle est lincarnation du reve, elle apparait et disparait. 
Fine, gracile, legere, joyeuse.
Elle est un peu la marchande de sable, qui veut 
redonner aux gens le gout du reve et attendrir les nuits sombres et 
solitaires des pauvres bougres nettoyeurs.
winter vivaldi Helene apprend la chanson au Violon, cest parti...
Ombres delle derriere les draps, reve
il va voir il ny a rien
creer des images reelles qui seffacent
Solo Hyppolyte
Travailler avec planche de bois souple
bascule, poid contre poid, monter, escabeau.
Homme Canon dans la poubelle plastique dur, rester coince dedans juste
tete mains et pieds qui sortent, marcher comme ca dans lespace.
trouver un rouleau plus large

 

 

 



















 











 







 

 

 

 

 

Spectacle le Reve d Hyppolyte
Radio,
changement de radio
une musique passe quelle emotion
il change de frequence autre musique quelle emotion
puis il trouve une frequence qui lui plait
crochet pour la lampe tempete
crochet pour son manteau
il boit il mange, serviette autour du cou
il essaie de boire creer effet visuel
https://www.youtube.com/watch?v=HcoGZ3dhd0s
elle sort dun sac plein de feuilles et de plumes?
mini banc
elle veut dire bonjour
il ne veut pas
elle lui explique en gestes serrer la main, faire la bise, faire un
calin
majeur mineur
elle|il donne des ordres ne pas dire non, esquiver lordre, etre malin
retravailler les ordres en gestes
pour lequilibre de la piece il a un moment seul au debut
elle doit avoir un moment seul au milieu, developper plusieurs actions
trouver plus de toiles de jutte etendue
une corde a linge avec des vieux draps qui sechent, derriere lequels on
peut se cacher et apparaitre, danser, voler
dans le banc ca bouge avant que Hyppolyte apparaisse (ajouter tiroirs au banc
avec divers objets brosse a dents, vieux telephone)
elle est sous le banc et ca remue, ouvrir fermer tiroir, passer des
objets sur le dessus du banc. cf https://www.youtube.com/watch?v=ASd43ulh16g
Il apparait avec la lampe tempete, vient linstaller, pendant ce temps
la elle va se cacher derriere, en coulisse, se met dans le sac, il repart
amene un sac puis deux puis trois, elle est dans lun d eux
il organise ses feuilles, en fait secher sur les cordes a linges
ouvrir des tiroirs il en sort de la musique ou de la lumiere, flash back, souvenirs, memoires, 
plusieurs sens pour le spectateur
ajouter dossier banc pour jouer derriere mieux caches
il garde les feuilles
balai pour organiser ses tas de feuilles, plusieurs tas, dans certains
tas des objets
elle joue de la musique, elle est le reve, elle amene un
univers onirique
Hyppolyte
est le ramasseur de feuilles du quartier
il passe une bonne partie de son temps dehors a nettoyer les rues,
ce qu'il aime surtout c'est lautomne quand les feuilles tombent.
Les rues froides sont vite desertes quand la nuit rode, et Hyppolyte
regarde les feuilles finir leur chemin dans la lumière des reverberes.
Il aime a les voir tomber paisiblement, dune mort aussi légère, portées
par un vent discret qui les fait danser.
Il les contemple un instant sur le sol humide et les ramasse
délicatement une a une remplissant alors son vieux sac en toile de jute
afin quelles ne finissent pas écrasées ou degarnies par le choc des gouttes de pluie
sur leur nervures.
Enveloppe dans son grand manteau sombre il rejoind dun pas calme et lourd sa petite
chaumière, guide par sa vieille lampe tempete, seul dans les rues
desertes, une paillasse sous laquel il garde tous ses bibelots, 
petites memoires des ruelles, souvenirs de trottoirs, 
le froid fouettant son visage protege par son casque
daviateur trouve un jour dans un hangar inhabite pres de la foret.
Bourru, seul il rentre au chaud.
Cf Boudu sauve des eaux
Elle, cf La strada 
elle est lincarnation du reve, elle apparait et disparait. 
Fine, gracile, legere, joyeuse.
Elle est un peu la marchande de sable, qui veut 
redonner aux gens le gout du reve et attendrir les nuits sombres et 
solitaires des pauvres bougres nettoyeurs.
winter vivaldi Helene apprend la chanson au Violon, cest parti...
Ombres delle derriere les draps, reve
il va voir il ny a rien
creer des images reelles qui seffacent
Solo Hyppolyte
Travailler avec planche de bois souple
bascule, poid contre poid, monter, escabeau.
Homme Canon dans la poubelle plastique dur, rester coince dedans juste
tete mains et pieds qui sortent, marcher comme ca dans lespace.
trouver un rouleau plus large

 

L¬īArt du Ridicule Clown Adultes, tous niveaux

Stage Clown ‚ÄúL¬īart du Ridicule‚ÄĚ 3 jours (20h)
les samedi dimanche et lundi 3-4-5 Juin 2017 avec Barthélémy Guéret

Maison du Héron, 2503 route de Buchy,
76780 Le Héron
Horaires : 9h30 17h30
Tarif : 80 euros tarif plein, 70 euros tarif réduit
14 places maximum
Réservations : 0689426142


 

Dans cet √©tat d¬īurgence de rire que nous traversons, ce week-end se veut une bulle ludique, o√Ļ jouer sera le mot d¬īordre, et l¬ī√©tat d¬īivresse sans psychotropes une condition sine qua non.
Il s¬īagira d¬īouvrir la porte ou de franchir de nouveaux seuils dans ce vaste univers du clown, en chatouillant notre joueur, ses envies, ses r√™ves, ses fantaisies en prenant des risques et avant tout celui d¬ī√™tre ridicule afin d¬ī√©veiller notre clown et toutes ses facettes.
Gouter √† la piste, humer l¬īatmosph√®re, flairer le public, tomber amoureux de son √™tre int√©rieur et de ses partenaires de jeu; habiter le nez rouge c¬īest vivre, transpirer le pr√©sent par tous les pores, jouer, jouer surtout.
Pendant ces douze heures, nous allons créer de grands terrains de jeu et de complicité, construire un espace de liberté et de création, travailler avec des contraintes, respirer beaucoup et mettre nos énergies en mouvement, tous sens aux aguets, car la curiosité du clown est sans limite.
Clown, un état, une présence, humain sur le fil de la vie.

 


Ces stages sont un voyage vers l¬ī√™tre ludique int√©rieur, vers le d√©passement de soi.


Quelle est cette √©nergie qui nous anime et demande √† s¬īouvrir,
√† regarder 
le monde avec un autre regard, à vouloir jouer?
On prendra le temps d¬īappr√©hender l¬īunivers propre de chacun, l√† o√Ļ le 
temps se glisse, l√† o√Ļ le vide est proche, la chair s¬īincarne et le clown 
prend vit. On laissera √™tre les silences, on embrassera nos peurs, quelques 
couches de l¬īaldultat pos√©es sur nous par la force des ann√©es tomberont.
Peut-√™tre des regards d¬īenfants appara√ģtront.
Ce stage est une d√©couverte de l¬īunivers clownesque √† travers le jeu;  
comment se mettre en √©tat de jeu, √™tre soi-m√™me, habiter ses √©motions 
sans être trop volontaire.
Nous ne chercherons pas toujours √† faire rire, peut-√™tre √† √©mouvoir, 
√† se laisser √™tre, vrai, sinc√®re, √† cr√©er un pont entre la sc√®ne et le public 
qui est toujours un partenaire pour le clown.
Des √©chauffements, des gammes corporelles, beaucoup de jeux 
o√Ļ le mental s¬īenvole, le corps prend vie et l¬īenfant qui n¬īest jamais 
très loin revient a folle allure.
On apprendra √† saisir l¬īinfime pour essayer de l√Ęcher prise, 
rire de soi-même.
Le clown accepte tout ce qui lui arrive, il le transforme en plaisir.
Le clown c¬īest l¬īhumain √† l¬ī√©coute, de tout 
et surtout de se désirs profonds.

Plus en details 

Ces stages tendent a faire d√©couvrir les univers comiques propres a chacun, donc de se d√©-couvrir soi. 

Avant  de cr√©er un personnage il faut savoir ce qui nous anime, 

√™tre sinc√®re,  √™tre vrai. Sans avoir √† en faire trop nous sommes d√©j√† tellement  risibles. Qu¬īest ce qui de nous amuse les autres? 

Nous serons attentifs √†  tout, aux r√©actions du public et √† nos propres √©motions, √† l¬ī√©coute  des petits riens qui renversent.

- Quel élan nous amène sur scène?

- Comprendre ce qui emp√™che de jouer 

- Partir de rien afin de créer et consolider des improvisations.

- Accepter le flop, encaisser le bide

- Prendre du plaisir, jouer son propre ridicule, ses propres √©checs,  accepter les conflits et vivre l¬īinstant, sans se pr√©-occuper... 

parfois le vide arrive, le rien ; les rires ou les √©motions naissent de nos  trag√©dies, vivons-les !

 

Echauffements

Jeux, exercices

Découvrir ou développer des outils (le rythme, le chant, la chanson, la poésie,

la danse, la manipulation d¬īobjets, et autres)

Gammes corporelles

Travail du choeur

Improvisations de groupe

Equilibre de l¬īespace

Jeux sensibles en solo, duo, trio

Le regard public

Le point fixe

Les avis des stagiaires

 

"Merci encore pour ce partage. Tu nous as fait approcher cette discipline avec bienveillance et beaucoup de respect pour chacun des stagiaires. Tes retours m'ont apporté de nouveaux éclairages et la rigueur de ton enseignement me tient en éveil pour peut-être un jour trouver "mon clown". Mais que tout ça est difficile !"
Nicole

"Stage par un formateur tout en douceur , finesse et bienveillance.

Par des exercices, appropri√©s, seul ou en  groupe, avec ou sans nez rouge, cel√† permet √† chacun d'approcher, de connaitre et d'aimer ce clown, si √©tranger √† nous-m√™me et pourtant si proche avec ses creux et ses bosses.

On ressent, on s'amuse , on s'√©clate et  on se plante mais " de toute fa√ßon ce n'est pas grave" .

Merci à toi Barthélemy"

Monique

 

"Barth√©l√©my s'est r√©v√©l√© √™tre un  fin p√©dagogue qui a su tirer le meilleur parti de tous et de chacun(e). Sa sympathie, son regard,  ses exercices et les conseils qu¬īil nous a dispens√©s, diff√©renci√©s en fonction des attentes, ont √©t√© tr√®s utiles. J espere que nous nous reverrons prochainement."

Chantal

 

"Barthelemy, je te remercie de ta patience, de ton savoir-faire et de ton enseignement. Il est certain que ce n est pas en 12 heures que l on peut devenir clown, mais au moins cela donne une approche. Je retiens que quand on est dans la merde il faut nager, nager et encore nager et finalement on s en sort bien."
Jean-Marc
 

Création gratuite et facile

Créer un blog